logo SOV

Jon Hopkins

Immunity

Jon Hopkins - Immunity
Chronique Album
Date de sortie : 03.06.2013
Label : Domino Records
35
Rédigé par Julien Soullière, le 4 juin 2013
Bookmark and Share
Il y a de cela trois ans, un certain Jon Hopkins ajoutait une nouvelle corde à son arc déjà copieusement doté en signant la bande originale du film de science-fiction Monsters. Depuis, en marge de ses DJ sets, de quelques remixes, et de collaborations pour certaines bien savoureuses (si ce n’est pas déjà fait, courez poser une oreille sur le somptueux Diamond Mine, écrit à quatre mains avec King Creosote), le bonhomme ne préparait rien de moins que son retour en bonne et due forme. Cinquième album de l’orfèvre de l’electronica britannique, si l’on prend en compte l’OST précédemment citée, Immunity est désormais dans les bacs, et autant dire qu’il est du genre rugueux.

Le problème avec un tel album, c’est que hors contexte, il peut se montrer franchement difficile à apprivoiser. Si sa première moitié se veut foncièrement dansante (la seconde étant plus calme et contemplative), vous aurez sûrement peu de chance d’écouter ces quelques titres dans votre club de quartier, plutôt habitué à l’électro mass-market : ici, les compositions se révèlent longues, très longues, et constituent un terreau propice aux structures hypnotiques à force de répétitions, bien qu’elles s’enrichissent de quelques nouvelles sonorités à mesure que les minutes s’égrènent. Autant dire que les novices risquent fort de trouver le temps long, voire de se sentir agressés par quelques pistes au demeurant bien burnées (We Disappear, Open Eye Signal).

Pour autant, Jon Hopkins est un musicien intelligent, et le bougre sait insuffler suffisamment de sensibilité dans ses morceaux pour faire de Immunity un disque tout à fait intéressant qui gagne à ne pas être écouté qu’une fois pour en relever toutes les subtilités.
Ainsi, et alors qu’il avoisine quand même les huit minutes, Open Air Signal reste tout du long un véritable concentré d’hormones, bourré de sueur, intrinsèquement angoissant, et qui vient se poser là comme une relecture classieuse d’une grossière pièce d’hard-tech. Plus loin, et tel un happy end à la fin d’un film catastrophe, le titre phare vient mettre un terme au voyage avec une infime délicatesse, rendant au passage toutes leurs lettres de noblesse à des compositions d’un genre plus calme, et pas toujours très bien gérées sur l’album (Sun Harmonics, longuette, là où Abandon Window, bien que parée de jolies touches de piano, manque un tantinet d’épaisseur).

Finalement, Immunity est une belle pièce d’orfèvrerie, mais dont il est nécessaire de savoir se passer pour ne pas être rassasié trop vite, et ce jusqu’à l’écoeurement. Et puis, on le disait déjà, mais comme à chaque fois avec un disque de ce calibre, ça aide d’être dans l’ambiance.
tracklisting
    01. We Disappear
  • 02. Open Eye Signal
  • 03. Breathe This Air
  • 04. Collider
  • 05. Abandon Window
  • 06. Form By Firelight
  • 07. Sun Harmonics
  • 08. Immunity
titres conseillés
    We Disappear, Immunity
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste