logo SOV

George Ezra

Wanted On Voyage

George Ezra - Wanted On Voyage
Chronique Album
Date de sortie : 30.06.2014
Label : Columbia Records
45
Rédigé par Olivier Kalousdian, le 13 septembre 2014
Bookmark and Share
Vingt-et-un ans, c'est l'âge du nouveau petit prodige anglais qui se fit connaître en jouant dans les plus petits pubs de Bristol et qui est originaire de la petite ville d'Hertford dans l'Hertfordshire. Repéré, dès 2013 et acclamé à Paris au tout début de l'année 2014, le chanteur à la guitare solo impose sa voix corpulente et son blues béotien sur des titres dont il maîtrise déjà là la perfection les constructions mélodiques, souvent parents pauvres chez ses concurrents.

Produit par Cam Blackwood aux Voltaire Road Studios de Clapham, à Londres, et mixé par Cenzo Townsend au Decoy Studios dans le Suffolk, Wanted On Voyage est le premier album de Georges Ezra. Il renferme déjà un nombre conséquent de titres entêtants et qualitatifs comme Budapest, Did You Hear The Rain? ou Cassy O'. Avec, Blame It On Me qui ouvre le disque et pour fermer une marche menant à un perron déjà imposant pour sa courte carrière, ce ne sont pas moins de quatre singles qui se démarquent sur Wanted On Voyage.
Nouvelle-Zélande, Suisse, Belgique, Allemagne, Irlande... Georges Ezra, telle une pop star légère qu'il n'est pas, réussit la prouesse de classer quelques uns de ces singles dans les premières places des charts du monde entier. Les médias mainstream ne s'y sont pas trompés et diffusent en boucle, depuis cet été, le titre Budapest.

Guitare en bandoulière et carnet d'écriture à la main, c'est durant un périple parcourant l'Europe en train que Georges Ezra a écrit la majorité des titres composant ce premier album, suivant, par là-même, la route tracée par des aînés troubadours admirés que sont Bob Dylan ou Wilson « Woodie » Guthrie. Si ces deux-là chantaient le désespoir de la grande dépression aux USA ou la révolution politique permanente de la contre-culture des années 60, Georges Ezra se limite à des récits aux relents de carnets de voyages. Il se décrit d'ailleurs lui-même comme un storyteller qui apprit à jouer de la musique pour accompagner ses histoires. Des histoires de villes idéalisées ou fantasmées dans lesquelles il rêve de poser ses valises (Budapest). Des récits parfois sombres et tonitruants impliquant une pluie battante provoquée par le diable lui-même et où la construction du texte et de ses rimes priment sur la réalité (Did You Hear The Rain?. Comment ne pas penser au noir Tupelo écrit par le trio Barry Adamson, Mick Harvey et Nick Cave et réinventant la naissance du King dans la ville du même nom, un soir d'orage maléfique ?

Si les références sont gigantesques, c'est que le talent de Georges Ezra n'a rien à envier aux plus encensés des folk singers qui ont débarqué des cotes anglaises ces dernières années. Se permettant des live enivrants qui occupent tout l'espace disponible, seul à la guitare, l'orchestration de studio de Wanted On Voyage se veut plus riche, mais toujours imprégnée de cette modestie qu'imposent la qualité intrinsèque de ses compositions et la profondeur de sa voix. Après douze mois d'études en « songwriting » (et on envie cette Angleterre qui souffre d'une politique culturelle quasi nulle, mais propose des études d'écriture avec histoire de la pop music et du rock en prime), Georges Ezra va devoir quitter les cours de son école avec un argument en béton : Columbia lui propose un contrat !
Dès l'hiver 2013, il avait intégré la très select liste BBC Sound Of 2014 et tourne, sans s'arrêter, dans toute l'Europe. Passé par le Café de la Danse et la Boule Noire, en France, il promet que, très bientôt, un groupe l'accompagnera pour renforcer, si besoin était, des titres faciles à écouter et parés d'une étoffe luxueuse malgré la simplicité qui s'en dégage. Partie intégrante de ses setlists en France, on regrettera l'absence du très bon titre Benjamin Twine, meilleur ami de Georges...

Comme tout héros, Georges Ezra montre son talon d'Achille sur des titres comme Stand By Your Gun dont l'orchestration pop détonne avec le reste de l'album ou le trop facile Drawing Board. Mais, à l'impossible nul n'est tenu et ces titres sont à distance, uniquement parce que tous les autres se meuvent déjà avec force dans la mémoire collective. Spectacular Rival, qui ferme la marche des douze titres proposés, remet l'album sur ses rails et se joue des distances avec un final inquiétant surmonté de violons répétitifs qui résonnent encore, une fois le disque fini.

Bob Dylan avait vingt-et-un ans passés quand il commença à faire parler de lui en solo. C'est dire l'avenir qui se dessine devant Georges Ezra.
tracklisting
    01. Blame It On Me
  • 02. Budapest
  • 03. Cassy O'
  • 04. Barcelona
  • 05. Listen To The Man
  • 06. Leaving It Up To You
  • 07. Did You Hear The Rain?
  • 08. Drawing Board
  • 09. Stand By Your Gun
  • 10. Breakaway
  • 11. Over The Creek
  • 12. Spectacular Rival
titres conseillés
    Budapest - Did You Hear The Rain? - Cassy O'
notes des lecteurs
Du même artiste