logo SOV

The Crookes

Lucky Ones

The Crookes - Lucky Ones
Chronique Album
Date de sortie : 29.01.2016
Label : Modern Outsider/Anywhere Records
4
Rédigé par Hugues Saby, le 1er mars 2016
Bookmark and Share
Bon sang, mais qu'est-ce que c'est que ce truc ? Des mélodies psychédéliques entêtantes noyées dans une torpeur shoegaze façon Tame Impala ; une voix oscillant entre l'épilepsie rageuse et hoquetante d'un Joey Ramone et les lamentations grinçantes d'une Marianne Faithful laminée par la clope ; une basse machinique et ultra compressée façon cold / new wave ; des guitares fuzz punk passant d'un rockabilly pur sucre au lyrisme magnifiquement maniéré d'un Johnny Marr, le tout baigné dans un océan de synthés dignes des meilleurs jeux d'arcade des années 90... Tout cela vous paraît incompatible, un peu foufou, vous ne voyez pas comment ça peut tenir debout ? Moi non plus. Mais ça, c'était avant d'écouter Lucky Ones, dernier album en date de The Crookes, aka l'autre groupe de Sheffield.

Comment décrire ce joyeux bordel, c'est une autre histoire. En toute logique, rien de toute cela ne devrait fonctionner. Sur le papier, ça semble au mieux improbable, au pire complètement naze. Et pourtant. Et pourtant la mécanique ondulatoire est parfaitement huilée, et vous prend par les c... cheveux bien sûr dès les premières notes de ce petit synthé aigrelet et enivrant pour ne plus vous lâcher, ou presque. C'est que ces escrocs s'y entendent pour écrire des mélodies accrocheuses, comme des Ramones (pour l'énergie) sous acide (pour la torpeur), et le tout avec un sens du romantisme exacerbé, sans concéder le moindre centimètre sur l'efficacité, notamment grâce à une section rythmique hyper percutante et diaboliquement déterminée à ne pas nous laisser nous en tirer comme ça.

Malgré des riffs particulièrement invasifs mentalement, il faut deux moreaux pour se mettre réellement dans le bain. Et c'est pile le temps que The Crookes mettent à déployer leur dinguerie musicale. I Wanna Waste My Time On You, troisième et plus beau titre de ce disque, est ainsi un condensé de leur art. Ils feront aussi bien par la suite (notamment sur le refrain tourmenté de Roman Candle, ses voix déchirantes et ses guitares très Smithiennes) mais jamais mieux. Leur musique rétro futuriste est telle l'albatros de Baudelaire : gauche et pataude au sol, elle est majestueuse une fois son envol pris. Et c'est d'ailleurs une élégance à double tranchant : dès que l'affaire retombe un tant soit peu, la magie n'opère plus. Ainsi, à partir de Real Life, Lucky Ones s'essouffle un peu. Leur romantisme exacerbé finit par se perdre dans un décor sonore pourtant inchangé et irréprochable, mais parfois trop riche, à l'image de ces trompettes mexicola façon Beirut pantouflard sur No One Like You.

B. N. S. Pt. II, aboutissement de l'album, est un peu à son image : à la fois un peu mollasson par endroits, et en même temps étrangement envoûtant. Un peu comme un opium vers lequel on se tourne sans cesse, sachant que l'on sera à chaque fois un peu plus déçu, mais dont les sirènes finissent toujours par avoir raison de la nôtre. Un disque bien étrange, donc, que ce Lucky Ones, décevant par endroits, mais à bien des égards séduisant par son originalité, sa fraîcheur et son romantisme de la plus pure tradition britannique. Un bel OVNI, en quelque sorte. I want to believe.
tracklisting
    01. Brand New Start
  • 02. The World Is Waiting
  • 03. I Wanna Waste My Time On You
  • 04. If Only For Tonight
  • 05. The Lucky Ones
  • 06. Six Week Holiday
  • 07. Real Life
  • 08. Roman Candle
  • 09. No One Like You
  • 10. B. N. S. Pt. II
titres conseillés
    I Wanna Waste My Time On You
notes des lecteurs
Du même artiste