logo SOV

Primal Scream

Chaosmosis

Primal Scream - Chaosmosis
Chronique Album
Date de sortie : 18.03.2016
Label : 1st International
35
Rédigé par Julien Soullière, le 18 mars 2016
Bookmark and Share
"I’m trying to make sense of my life, of the the world, and I’m trying to put it into a pop song”. Connaissant Bobby Gillepsie, on ne se risquera pas à pénétrer dans la tête du bonhomme alors que celui-ci est en train d'y faire le ménage. Il faut néanmoins saisir les éclairs de lucidité quand ils viennent à passer, et on ne peut que valider la dernière partie de la précédente déclaration : avec Chaosmosis, Primal Scream retrouve donc le saint Epicure, sous le haut patronage duquel ils ont déjà pu livrer au monde quelques perles d'insouciance, des titres accessibles et légers comme l'air que tout un chacun respire.



Et c'est bien là l'avantage de l'âge. Car en ces temps troubles, c'est sûr, on aurait pu s'attendre à une nouvelle tournée de Swastika Eyes. C'est que Primal Scream ont gagné leurs galons autant que le droit d'arborer l'étiquette de "groupe politique". Pourtant, en réponse aux tensions qui ébranlent nos vies et s'installent depuis plusieurs mois au coeur de nos sociétés, là où certains auraient eu plaisir à mettre un peu plus d'huile sur le feu, misant sur des coktails molotov faits de sonorités fiévreuses et de paroles acharnées, Primal Scream déposent les armes et ont fait le pari de l'hédonisme, d'une médecine douce, libératrice, reposant principalement sur des "feel-good songs", et dont les effets se font ressentir autant dans nos jambes (qui nous invitent à danser) que dans nos têtes (qui nous pressent de faire le vide). Oui, à les écouter attentivement, les paroles sont plus dures que les notes. Mais ce sont sans aucun doute ces dernières que le groupe voulait que l'on retienne

Ainsi, hormis la survitaminée When The Blackout Meets The Fallout, pièce saturée qui, fort heureusement, ne dure pas plus de deux minutes, et les guitares toutes stoogiennes qui hantent un Golden Rope franchement alerte, Chaosmosis ne montre aucunement les dents : éloigné de toute forme de modernité, ce onzième album voit les Primal Scream laisser les explorations psychédéliques de plusieurs minutes au placard pour tout miser sur l'efficacité, quitte à aller titiller le tube placé tout là haut.

Et à ce jeu là, les écossais ont encore quelques arguments dans leur manche. Libéré et jamais seul (on croise ici Rachel Zeffira de Cat's Eyes, Björn Yttling de Peter Björn And John ou encore Sky Ferreira), le groupe ne semble pas s'être trop forcé pour nous sortir des shoots de douceur tels que la tendre ballade Private Wars ou le gentiment barré I Can Change (ça y est, les hippies ont leur hymne !), et n'ont pas l'air d'avoir fourni beaucoup plus d'effort pour bâtir les cathédrales dance-rock que sont (Feeling Like A) Demon Again (inspiré par la cold-wave) et Where The Light Gets In. Concernant les deux derniers titres évoqués d'ailleurs, soyons clair : vous entonnerez leurs refrains à chaque fois que vous les écouterez. Et pour finir de convaincre le monde qu'il ne veut que son bonheur, Primal Scream terminent avec un titre solaire et d'une infinie candeur. Du genre à mettre en lumière la vie pour mieux vous la faire aimer.

Tout ceci fait du bien au moral, c'est vrai, et on remercie Bobby Gillepsie et sa bande d'avoir oser voire le jour quand d'autres s'acharnent à nous imposer leurs ombres. Musicalement, pourtant, si quelques titres sortent bel et bien du lot, rien ici ne justifie que cet album fasse date dans la discographie du groupe, qu'on lui reconnaisse des avantages qu'il n'a pas, la faute notamment à un trop plein de facilité, et qu'on aura d'ailleurs déjà constaté (on peut faire le même reproche à Trippin' On Your Love qu'au lieu commun It's Alright, It's OK qui clôturait paresseusement More Light en son temps). Non, il n'y a rien d'exceptionnel ici. Pas grave, on saura faire avec.
tracklisting
    01. Trippin' On Your Love
  • 02. (Feeling Like A) Demon Again
  • 03. I Can Change
  • 04. 100% Or Nothing
  • 05. Private Wars
  • 06. Where The Light Gets In
  • 07. When The Blackout Meets The Fallout
  • 08. Carnival Of Fools
  • 09. Golden Rope
  • 10. Autumn In Paradise
titres conseillés
    (Feeling Like A) Demon Again, Where The Light Gets In, Autumn In Paradise
notes des lecteurs
Du même artiste