logo SOV

The Jesus And Mary Chain

Damage And Joy

The Jesus And Mary Chain - Damage And Joy
Chronique Album
Date de sortie : 24.03.2017
Label : ADA/Warner Music
25
Rédigé par Emmanuel Stranadica, le 20 mars 2017
Bookmark and Share
Il aura fallu attendre près de vingt ans pour qu'arrive un nouvel album de The Jesus And Mary Chain. En effet depuis Munki, aucun nouveau disque des écossais n'avait vu le jour (à l'exception de disques live et de rééditions de l'intégralité de leur discographie). Ce grand retour a pourtant été entrecoupé d'essais solo des deux frères Reid, ainsi qu'une collaboration au projet de Linda Reid (jeune sœur de Jim et William Reid), Sister Vanilla. Mais pour tout vous dire, ces disques n'ont pas laissé un souvenir impérissable. S'en est ensuit une longue série de concerts, incluant un passage à Paris dans le cadre du Festival des Inrocks, (et la parution d'un maxi vinyle en édition très limitée de l'inédit All Things Must Pass au cours de la tournée 2012).

Mais cette fois pas moins de quatorze chansons viennent constituer Damage And Joy, le septième album des frangins de Glasgow. Amputation est venue teaser ce nouveau disque dès décembre 2016 et a relativement déçu dans son ensemble. La chanson ressemble assez en effet aux dernières productions de The Jesus And Mary Chain avec un je-ne-sais-quoi de « c'était mieux avant ». Ainsi, on ne savait pas vraiment comment aborder cet album. D'autant que la plupart des morceaux datent et ont été ré-enregistrés pour l'occasion. Alors qu'en est-il vraiment ?
On a tout d'abord l'impression que The Jesus And Mary Chain ont repris l'histoire à l'endroit même où elle s'était arrêtée. Si Damage And Joy était sorti deux ans après Munki, il serait d'ailleurs probablement passé inaperçu. Aujourd'hui, le contexte fait qu'on ne peut pas vraiment ignorer ce nouvel opus.

On dit souvent que ce sont dans les vielles casseroles qu'on fait les meilleures confitures ou encore on parle de recettes à l'ancienne. C'est vraiment ce qui caractérise la cinquantaine de minutes de l'album. (Même All Things Must Pass est devenue All Things Pass !). La voix de Jim Reid reste inlassablement celle d'un type qui semble s'ennuyer. Mais ne nous méprenons pas, il a toujours chanté dans ce registre. Les mélodies pop sont de mise et même un peu trop nombreuses. Point de Reverence, de Happy When It Tains et encore moins de Never Understand ici, mais ces absences ne rendent pas le disque inutile. Simplement à se répéter en utilisant encore et toujours les formules du passé, les frères Reid n'arrivent plus à nous surprendre.
Hope Sandoval a cédé sa place à Sky Ferreira et à Isobel Campbell, mais cela ne suffit pas pour rendre l'album passionnant. On a l'impression que les frangins ont branché le pilote automatique. Et forcément au final, cela s'entend.

On n'ira pas jusqu'à dire que c'est l'album de trop et que The Jesus And Mary Chain auraient du continuer à rester assis sur leur héritage musical. Les fans de la dernière heure y trouveront probablement leur compte alors que ceux la première hausseront les épaules. Damage And Joy trouvera sa place à côté de Munki dans la discothèque du fan du groupe. Cependant, il y a de fortes chances que celui-ci reste la plupart du temps à côté de son prédécesseur plutôt que de prendre la direction de la platine vinyle ou du lecteur CD.
tracklisting
    01. AMPUTATION
  • 02. WAR ON PEACE
  • 03. ALL THINGS PASS
  • 04. ALWAYS SAD
  • 05. SONG FOR A SECRET
  • 06. THE TWO OF US
  • 07. LOS FELIZ (BLUES AND GREENS)
  • 08. MOOD RIDER
  • 09. PRESIDICI (EL CHAPAQUIDITCH)
  • 10. GET ON HOME
  • 11. FACING UP THE FACTS
  • 12. SIMIAN SPLIT
  • 13. BLACK AND BLUES
  • 14. CAN'T STOP THE ROCK
titres conseillés
    Get On Home - All Things Pass - Los Feliz (Blues and greens)
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste