logo SOV

Shame

Songs Of Praise

Shame - Songs Of Praise
Chronique Album
Date de sortie : 12.01.2018
Label : Dead Oceans
5
Rédigé par Cassandre Gouillaud, le 12 janvier 2018
Bookmark and Share
« My nails ain't manicured, my voice ain't the best you've heard, and you can choose to hate my words but do I give a fuck? ». La réponse à cette question cynique que pose One Rizla, la première chanson écrite par le quintet, est un non très certain. Shame n'est pas une affaire de consensus, ni de concessions. C'est un moment d'abandon, une quête du plus profond de soi qui donne vie à la puissance libératrice qui infiltre le post-punk de Songs Of Praise.

Le premier album des enfants terribles de Brixton est le résultat de trois ans de travail, de lieux, de rencontres et d'expériences. Le témoignage éreintant d'une période pour le moins mouvementée. De Dust On Trial à Angie les moments de répit se font rares, d'autant plus que chaque morceau porte en lui un noyau d'énergie brute et une existence à part des autres - la principale force d'un travail éclaté dans sa temporalité et versatile. La naïveté presque hymnique de morceaux comme One Rizla, musicalement porté par sa guitare envolée, sert de contre-point à la tension latente qui anime The Lick et d'autres, les deux se sublimant plus particulièrement quand mis dos à dos.

Si les contraires s'attirent, ceux de Songs Of Praise se sont rencontrés par pur hasard. Souvent s'y mêlent des paroles et des notes qui semblent chacune exprimer des sentiments contradictoires. Shame érigent l'oxymore au rang de précepte en même temps qu'ils acceptent l'instant présent comme mot d'ordre. Il n'y avait que dans cette dimension temporelle que les émotions pouvaient s'entrechoquer de façon aussi confuse et brutale - donnant naissance à Concrete, tiraillée entre ses lignes musicales et son chant évoluant sur des longueurs émotionnelles singulièrement différentes. Songs Of Praise est une tentative de se saisir de l'immédiat, et à ce jeu impossible, elle reste réussie dans son genre.

S'ils peuvent être à juste titre affiliés à des héritiers des humeurs nerveuses de The Fall ou de Magazine, c'est ainsi que Shame signent surtout un album de leur temps, et de leur âge. Ce premier effort est d'autant plus remarquable qu'il trouve sa source dans la fulgurance des vifs et instables tourments adolescents. Songs Of Praise, plus subtil qu'il n'en paraît, s'inscrit avec force dans ses contextes de réalisation ; une entreprise sûrement permise par la volonté du groupe de n'amender qu'aux extrémités des morceaux composés au préalable. Il est leur passage au Queen's Head de Brixton, celui au Windmill, et les aventures qui ont suivies. Il est l'histoire d'amour à jamais compromise que raconte la lente Angie, seul morceau qui ose se tourner vers le passé et point culminant de l'album. Songs Of Praise est une collection de moments saisis sur le fil, une succession de sentiments à peine cachés, et somme toute, unique.

Shame ont été adoubés pour leurs performances live avant de faire un détour en studio, mais ce serait faire erreur que de demander à Songs Of Praise d'atteindre les niveaux d'explosivité que la scène permet. Ce premier album, aux tenants réfléchis et aux aboutissements soignés, promet plutôt une expérience originale en défiant la linéarité et en inscrivant le présent dans la durée. Un défi pour le moins osé. Rien de trop ambitieux pour Shame.
tracklisting
    01. Dust On Trial
  • 02. Concrete
  • 03. One Rizla
  • 04. The Lick
  • 05. Tasteless
  • 06. Donk
  • 07. Gold Hole
  • 08. Friction
  • 09. Lampoon
  • 10. Angie
titres conseillés
    One Rizla, The Lick, Tasteless, Angie
notes des lecteurs
Du même artiste