logo SOV

Baxter Dury

The Night Chancers

Baxter Dury - The Night Chancers
Chronique Album
Date de sortie : 20.03.2020
Label : Heavenly Recordings
45
Rédigé par Laetitia Mavrel, le 16 mars 2020
Bookmark and Share
Trois ans après la désillusion amoureuse narrée dans Prince Of Tears, illustrée sur la pochette par l'escalade balbutiante d'une dune dans le désert mais toujours en costume (on a la classe ou on ne l'a pas), Baxter Dury et son personnage de dandy destroy reviennent enfin. Le charmeur au cœur brisé a repris du poil de la bête, revendique à nouveau son statut de dragueur en chef et nous raconte au travers des dix titres de The Night Chancers ses nouvelles péripéties.

La frontière entre le personnage aux excès souvent grossis et l'artiste à filiation punk et prestigieuse est difficile à établir. Baxter Dury, fier de son héritage mais toujours désireux de se forger sa propre place, reste empreint de ce fantasme que quiconque porte sur les « fils de », surtout lorsqu'ils sont anglais et de ce fait un objet de toute les méfiances et attirances pour nous les petits français.

Musicalement, Baxter Dury est un touche à tout. Depuis son album Happy Soup qui, à grand renfort de spots télévisés usant de ses compositions l'a définitivement mis en avant, toutes les nombreuses et fructueuses collaborations avec des musiciennes, musiciens, producteurs et autres DJs de renom, Baxter Dury s'est définitivement fait un prénom. Dès lors, comment faire évoluer son style et son public quand on est déjà quasiment inclassable dans les bacs à disques ?

The Night Chancers prend le parti très ouvert du groove et du sexy. Baxter revient en battant, sa confiance en lui restaurée, et cela s'entend dans des titres qui s'imposent à nos oreilles au travers de leur rythmique addictive dès les premières notes. L'intro de I'm Not Your Dog fait automatiquement stopper toute activité tant le petit déhanchement se déclenche instinctivement. Le morceau court, lui-même une intro au reste du disque, est une petite tuerie : point besoin de trop de paroles, Dury déclame l'état des lieux : « Some people like to show, Some people like to watch, And I watch a bit too much, But you show too much ». De simples notes de synthés mises en écho et enveloppées d'un violon cajoleur avec les chœurs féminins au doux accent british répondant en français dans le texte « ce n'est pas mon problème, je ne suis pas ton chien » posent le décor. Il s'agira ici de relations de force, qui regarde qui, qui désire qui et nous en satisfaisons-nous vraiment ?

Le single Slumlord ouvre une première parenthèse parodique que Baxter affectionne tant. Le clip déglingos qui montre Dury grimé en horrible beauf cockney au marcel crade et aux sourires plus que douteux, se soulageant tranquillement dans des toilettes que l'on trouve effectivement dans les logements insalubres loués à prix d'or par les marchands de sommeil (slumlord), entouré de ces femmes zombifiées et dénudées est une petite œuvre d'art. Le titre ici aussi se compose d'un mélange parfait entre base funky, riffs de guitares malicieux et violon.

La suite du disque monte d'un cran dans l'élégance de la production. Saliva Hog prend le parti d'un rythme très langoureux et les chœurs menés par la collaboratrice de longue date Madelaine Hart ponctuent le titre de leur « Who the fuck are you my friend ? », s'agissant ici d'illustrer une fashion party Cartier, avec cette insolence si délicieuse propre aux compositions de Dury (« Hashtag me, me »). Samourai continue de nous entrainer dans le sensuel avec ses râles féminins en fond sonore qui contrastent avec les chœurs doux. Le piano se fait enfin entendre et rajoute un côté presque innocent à ce récit qui est loin de l'être.

On aime Baxter Dury quand il valorise dans ses chansons ses nombreuses influences. Carla's Got A Boyfriend et The Night Chancers sont deux titres qui donnent la voix au Baxter assumant son goût prononcé pour le hip-hop. Le flow est sur le premier linéaire, profond avec juste ce qu'il faut de piques réservées au petit monde des réseaux sociaux que Dury sait lui-même très bien utiliser. Le second fait monter d'un ton (autant que possible, Dury n'étant pas célèbre pour ses performances vocales) la déclamation et narre la forte mélancolie d'un charmeur satisfait mais laissé seul dans sa chambre. Histoire qui semble être du vécu, d'où l'authenticité ressentie à son écoute.

Bien que tout le tracklisting soit réalisé avec un soin incroyable, certains morceaux valent surtout pour ce qu'ils racontent. Sleep People expose le petit monde des mannequins, de la mode et tout ce que ça implique de narcissisme. Hello, I'm Sorry est un échange téléphonique assez liminaire entre une jeune femme ayant à priori fait usage d'une pilule abortive et un Baxter je m'en-foutiste. La pointe de saxo comme un petit rire narquois vient renforcer le côté branleur de Dury qui endosse parfaitement ce rôle.
Daylight est assez surprenante de par son côté naïf. Est-ce ici un contrepied au reste ou une parenthèse nous rappelant que Baxter Dury a finalement des sentiments ?

L'album se clôture en grandes pompes avec Say Nothing qui met un terme à ce faux dialogue en nous balayant d'un revers de guitare. Il nous informe de ce que devient ce slumlord que l'on a vu tout fiérot dans le clip du titre éponyme, trimballé comme un déchet dans un coffre de voiture et débarqué en sang sur une plage en Espagne dans la vidéo de I'm Not Your Dog, et ici nous affirmant que malgré son corps laissé pour mort et sur lequel la voiture vient finalement rouler histoire de l'achever, « Baxter Loves You ».

On remerciera Baxter Dury de sa grande mansuétude envers nous. Mais surtout de nous avoir livré une pépite sensuelle, sexuelle, funky, drôle et finalement touchante. Au final, à l'image du vrai Baxter Dury qui, lorsque qu'on le rencontre en dehors d'une scène et non entouré d'une nuée de jeunes mannequins pour lingerie, se révèle être un homme simple, courtois et à l'écoute, et tout de même très charmeur car on ne peut dissimuler le phlegme et l'élégance quand ils sont aussi naturels.
tracklisting
    01. I'm Not Your Dog
  • 02. Slumlord
  • 03. Saliva Hog
  • 04. Samurai
  • 05. Sleep People
  • 06. Carla's Got A Boyfriend
  • 07. The Night Chancers
  • 08. Hello, I'm Sorry
  • 09. Daylight
  • 10. Say Nothing
titres conseillés
    I'm Not Your Dog, Slumlord, Saliva Hog, Samurai
notes des lecteurs
Du même artiste