logo SOV

Yard Act

Where's My Utopia?

Yard Act - Where's My Utopia?
Chronique Album
Date de sortie : 01.03.2024
Label : Island Records
4
Rédigé par Laetitia Mavrel, le 29 février 2024
Bookmark and Share
« The universe is expanded ». C'est un fait. Et aujourd'hui ce phénomène cosmologique s'applique au petit monde de Yard Act. Le « Yardiverse », nommé ainsi par les intéressés, a pris son temps pour s'étendre en évitant le chemin qui mène les groupes de post-punk excitants le temps d'un album vers les méandres des bacs à soldes à 1€. Que vous le vouliez ou non, Yard Act est mort, vive Yard Act !

Présents dès l'apparition de l'excellent EP Dark Days à l'aune du COVID-19 jusqu'à la sortie de The Overload, témoins en France et outre-Manche de leurs concerts qui n'ont eu de cesse de prendre de l'ampleur, nous sommes fiers à Sound Of Violence de voir grandir un groupe que nous accompagnons depuis les débuts. Mais comme bon nombre d'entre vous le savent, nous ne sommes pas spécialement friands des énormes machines à stades voilà pourquoi nous mettons toutes nos billes sur des artistes passionnés et authentiques, souvent atypiques et accessoirement dotés d'un sacré sens du rythme.

Yard Act nous reviennent aujourd'hui avec leur second album appelé Where's My Utopia?, ce dernier teasé depuis de nombreux mois avec les premiers titres testés en live et ce dès 2022, puis nous mettant l'eau à la bouche avec un inédit mystérieusement appelé The Trench Coat Museum sorti il y sept mois maintenant et amorçant alors un virage dans le style, mettant surtout en avant l'appétit de James Smith pour l'auto-dérision et le second degré. Nous plaidons coupable à la rédaction, nous en avons fait couler des litrons d'encre sur notre ami et ses nombreux trench-coats qu'il a trainé été comme hiver sur scène, le résultat étant un single prophétisant la fin du groupe dans un musée poussiéreux dédié à l'imperméable iconique.
Ce nouvel album nous propose onze titres sortant du carcan post-punk gouailleur qui a fait le succès de The Overload. Et pour cause : nos quatre musiciens n'étant initialement pas des débutants, ces derniers ont eu en amont de leur collaboration tout loisir de se construire une culture musicale éclectique, avec moults références funk, hip-hop, electro et pop, de quoi abreuver leur répertoire de nombreux styles. Assumant leurs goûts divers et variés, ils ont également aiguisé leur sens des réalités qui les amènent comme ils le citent dans le très sarcastique We Make Hits « à en profiter avant de s'éclipser » (ou de se faire éclipser par tous les autres).


On vous prévient immédiatement : ce disque troublera un certain nombre d'entre vous et sa succession de titres éloignés de l'univers de The Overload vous demandera un peu de patience pour en apprécier toutes les qualités. Pour les plus aventureux qui sont restés, bienvenus dans le Yardiverse qui vous propose de flirter avec des tempos groovy (An Illusion), des beats hip-hop (Down By The Stream), de l'electro acide (Grifter's Grief), du slam (Blackpool Illuminations, chanson très personnelle et message de James à son fils), de la danse aux accents punk et agréablement girlie (When The Laughter Stops avec à nouveau en invitée Kathy J Pearson) tout en n'oubliant pas la guitare saturée de Sam Shjipstone et la basse enivrante de Ryan Needham que l'ont retrouvent sur We Make Hits, The Undertow et sur les trois morceaux qui pourraient représenter la passerelle d'avec le premier opus, en mode post-punk du nord avec spoken word et attitude de branleur que sont Petroleum, Fizzy Fish et l'excellent Dream Job. Un univers qui a recours de façon accrue aux samples et autres artifices synthétiques, intensifiant notablement la musicalité du groupe dans son ensemble.

James Smith continue de façonner l'identité Yard Act. On retrouve son art du cynisme et sa conscience éclairée sur la société dans laquelle il vit : ce dernier a souvent affirmé dans diverses interviews que l'industrie de la musique étant ce qu'elle est, soit aux antipodes de la philanthropie, le but est de se faire sa place au soleil en se donnant à 100% tout en restant au maximum connecté avec les réalités de ce monde, le risque de devoir retrouver un job alimentaire n'étant jamais très loin. Pour éviter cela, les anglais ne cessent depuis 2021 de tourner intensément sur tous les continents tout en récoltant les fruits de leur labeur. Passant de clubs de quelques centaines de spectateurs à des arénas de plusieurs milliers outre-Manche, entamant au printemps prochain leur troisième tournée en Europe et aux États-Unis, ces garçons savent que l'on n'obtient rien sans rien et voilà pourquoi reproduire bêtement la recette de leur premier succès serait inévitablement cause d'échec et d'insatisfaction.


Une autre qualité que l'on accorde à James Smith et ses copains est une passion pour le cinéma : Yard Act ont réussi en l'espace de quatre vidéos à créer une quadrilogie très stylée avec comme fil conducteur The Visitor, soit une jeune femme qui en visitant le Trench Coat Museum pénètre dans un monde à la Mad Max mais sous acide où le logo orwellien de la Holly Global Enterprise que le groupe a lui-même fondé nous apparait systématiquement en clôture histoire de nous rappeler que l'on nous observe et qu'il semble difficile de s'extraire de cette société dystopique à souhait. « We just wanna have some fun before we're sunk, and If that's the attitude you exude then you know you're really ... » : Yard Act appliquent à la lettre les règles qui sont celles du monde enchanté du show-business tout en en ridiculisant ses codes.

Where's My Utopia? est un album surprenant car audacieux, qui prend réellement des risques tout en transposant Yard Act dans la cour des musiciens dont l'honnêteté artistique va au-delà des tendances et chiffres de vente imposés par les influenceurs trendy et autres gros bonnets des labels. Il représentera également pour les fans une épreuve grandeur nature, venant pour beaucoup ébranler leurs fondements et leur permettra surtout de découvrir la complexité et les innombrables ressources d'un groupe qui n'a probablement pas fini de nous étonner.
tracklisting
    01. An Illusion
  • 02. We Make Hits
  • 03. Down By The Stream
  • 04. The Undertow
  • 05. Dream Job
  • 06. Fizzy Fish
  • 07. Petroleum
  • 08. When The Laughter Stops (feat Kathy J Pearson)
  • 09. Grifter’s Grief
  • 10. Blackpool Illuminations
  • 11. A Vineyard For The North
titres conseillés
    We Make Hits, Dream Job, Petroleum
notes des lecteurs
notes des rdacteurs
Du même artiste