logo SOV

Art Brut
Jonquil

Paris, Nouveau Casino - 24 mai 2011

Live-report par Amandine

Bookmark and Share
Pour la deuxième soirée Custom du mois de mai, le Nouveau Casino recevait ce mardi trois groupes, dont les très attendus Art Brut pour clore le spectacle.

Vers 19h30 et devant un public encore clairsemé, ce sont les quatre Danois de When The Saints Go Machine qui nous proposent un panaché d'électro, de rock et de new wave. Leurs influences, aussi variées que leur musique (The Beach Boys, Moloko ou encore Morrissey), sont emmenées par une mélancolie latente du plus bel effet. Ils délivrent des titres avant-gardistes d'une lourde intensité et même s'il est difficile de réussir à appréhender rapidement leur musique, elle nous donne envie d'aller en écouter plus sur album.
La suite est diamétralement opposée au niveau stylistique. Les Anglais de Jonquil viennent aujourd'hui nous proposer quelques titres de leur tout nouvel EP, One Hundred Suns. Au début, on pense que le concert exceptionnel n'aura rien d'exceptionnel : avec des percussions et des guitares africanisantes, on pense forcément à Vampire Weekend, sauf que rapidement, on se rend compte que la filiation avec les très bons Fool's Gold serait plus judicieuse. Comme leurs ainés, ils mélangent assez brillamment la pop à la musique traditionnelle. Étant presque inconnus de la majorité du public, l'impression qu'ils laissent n'en sort que grandie. Leur set est un sans-faute et même leur reprise d'Infinity de The XX, relevée par une trompette, est reçue par des acclamations chaleureuses.

On change de registre pour terminer la soirée. Si les deux groupes précédents étaient dans la recherche mélodique, Art Brut sont là pour faire du bruit et mettre l'ambiance dans l'immédiateté et la bonne humeur.
Eddie Argos, leader charismatique et loufoque, arrive sur scène avec un grand sourire accroché sur le visage. Il salue la foule qui hurle déjà à pleins poumons. Le groupe entame avec Clever Clever Jazz, titre de son tout nouvel album, sorti le jour-même. Nous sommes vite rassurés : malgré les cours de chant donnés par Frank Black pendant l'enregistrement de Brilliant! Tragic!, Eddie ne sait toujours pas chanter... et c'est tant mieux ! Lorsqu'ils continuent avec My Little Brother, l'un des titres phare de leur premier album, le public n'y tient plus. Le Nouveau Casino rebondit au rythme des riffs de Jasper Future.
Eddie Argos fait le show ; il joue à la corde à sauter avec son fil de micro, il descend dans la fosse sur Modern Art pour improviser un long couplet sans queue ni tête sur sa récente visite au musée Van Gogh d'Amsterdam. Finalement en panne d'idées, il fait s'asseoir le public pour ensuite pouvoir le faire redécoller. Seule une petite poignée de titres du dernier album sont joués, privilégiant ainsi les compositions énergiques. Art Brut ne semblent pas être venus faire une quelconque promotion ; ils sont là pour se faire plaisir et ça se voit. Ils demandent aux spectateurs de choisir les titres qu'ils désirent entendre.

Lorsque vient le moment de Formed A Band, le concert est à son paroxysme : Art Brut ont réussi le pari un peu fou de livrer l'un des meilleurs moments punk de cette année. Avec une attitude humble, agréable et enjouée, on se dit que ce groupe est décidément un OVNI incroyable dans l'industrie musicale.
setlist
    JONQUIL
    Non disponible

    ART BRUT
    Clever Clever Jazz
    My Little Brother
    Axl Rose
    Moving To L.A.
    Summer Job
    Direct Hit
    Modern Art
    Sexy
    Alcoholics Unanimous
    DC Comics And Chocolate Milkshake
    Emily Kane
    18,000 Lira
    Lost Weekend
    ---
    Formed A Band
    Top Of The Pops
    Good Weekend
photos du concert
    Du même artiste