logo SOV

Shame
Sorry

Paris, Elysée Montmartre - 14 décembre 2018

Live-report par Camille Edel

Bookmark and Share
Le rendez-vous est ce soir pris à l'Elysée Montmartre pour une soirée rock/post-punk dont seuls nos amis anglais ont le secret. Le concert affiche ce soir complet, ce qui n'est pas si étonnant car Shame achèvent ce soir leur marathon de 163 dates en 2018. Paris a le droit aux honneurs en clôture de la tournée de l'album Songs Of Praise.

SOV
En première partie de cette alléchante soirée, Sorry, groupe de post-punk originaire de Londres, nous fait le plaisir d'ouvrir pour Shame. La prestation est dans l'ensemble satisfaisante bien que le public ne soit pas encore totalement au rendez-vous. Leur prestance ainsi que leur prestation est de qualité et nul doute que l'on entendra à nouveau très vite parler de ce jeune groupe.

21h. Les lumières s'éteignent, la banderole qui habille le fond de scène qui comporte le nom de la formation se met à s'éclairer, les applaudissements et les acclamations déferlent. Shame arrivent. Le public est à présent au rendez-vous et n'attend que la bande de Charlie Steen (qui arbore pour l'occasion une tenue de mécanicien qui sera très vite ouverte) et son outrageuse énergie.
À peine les premiers accords entamés que les premières pintes de bières se mettent à valser et que Charlie se jette (déjà?) dans le public. Le set commence avec Dust On Trial suivi de Concrete. C'est alors que le leader du groupe annonce une petite nouveauté. En effet, pour la troisième chanson du set, première surprise : le groupe nous offre une chanson inédite, Human For A minute. Une seconde chanson inédite, Cowboy Supreme, sera également jouée quelques instants plus tard pour la plus grande joie de l'auditoire présent.

SOV
Les chansons se succèdent jusqu'à l'entame du premier succès du groupe, One Rizla. Le public est conquis et semble en communion avec le groupe qui le lui rend bien, comme à son habitude. La gestuelle de Charlie Steen, bien qu'avouant ne pas savoir danser, est dynamique, maîtrisée et quasi-militaire. Les musiciens sont habités (on ne compte même plus le nombre de mètres qu'a du parcourir le bassiste ce soir-là). Shame incarnent ce soir l'essence même de ce que doit être le rock : furieux, débridé et insolant. Les litres de sueur déversées par le groupe (et par le public) en témoignent. On en raffole jusqu'à l'épuisement.

Du point de vue scénographique, pas de chichis. Une simple banderole comportant le nom du groupe est disposée en fond de scène. Les jeux de lumière sont généralement bleutés (quand la salle et le public ne sont pas éclairés pour permettre au groupe de jouer avec l'auditoire) mais pas besoin de plus d'artifices tant le groupe rayonne.
A de multiples reprises, le groupe communie avec son public et l'encourage à danser, à se défouler et à s'amuser tout au long de la soirée dans le respect des uns et des autres. Sur scène ce soir, au fur et à mesure des quatorze morceaux qui seront joués, le groupe est captivant, hypnotisant et à l'attitude animale. A eux seuls, ils électrifient l'ensemble de l'Elysée Montmartre, du premier rang jusqu'au balcon du fond de la salle. Le set se termine en grande pompe sur Gold Hole. Le public ne se contentera pas de cela et rappelle chaleureusement le groupe qui ne se fait pas prier et balance Donk d'entrée de jeu. Le groupe clôture son rappel en reprenant un chant de Noel, Feliz Navidad, en version rock bien entendu, en compagnie de Sorry qui les ont rejoints sur scène pour l'occasion. C'est la première fois que Shame joue Feliz Navidad en live. La soirée se termine comme elle aura commencé, en un joyeux bordel organisé sur scène.

Shame triomphent et n'ont pas terminé de nous en faire voir de toutes les couleurs (et dire qu'ils n'ont que la vingtaine à peine entamée). On a déjà hâte de les retrouver et d'écouter leur second album !
setlist
    SORRY
    Non disponible

    SHAME
    Dust On Trial
    Concrete
    Human, For A Minute
    One Rizla
    Cowboy Supreme
    The Lick
    Tasteless
    Friction
    Exhaler
    Angie
    Lampoon
    Gold Hole
    ---
    Donk
    Feliz Navidad (José Feliciano cover)
photos du concert
    Du même artiste