logo SOV

Stereophonics
Hero

Paris, Grand Rex - 29 février 2008

Live-report par Laurie

Bookmark and Share
Si le rock est vraiment un grand cirque alors le concert et ses rituels est le grand numéro de fin. Tout commence dès l'arrivée de la troupe, avec toute la panoplie : bus de tournée mastoc, gros comme le Titanic avec ses hublots fumés garé devant la salle, l'armada d'affiches le précédant dans toute la ville, foutues à la va vite sur les murs, cabines téléphoniques, poubelles, compteurs éléctriques, bref, sur tout ce qui passe pour un support digne d'embrasser un seau de glue.

Mais le paroxysme est bien l'arrivée des fans. Les vrais. Pas ceux qui sont là parce qu'après tout Maybe Tomorrow c'était fichtrement bien, presque autant que Have A Nice Day et surtout Mr. Writer qui foutait une bonne raclée à tous ces journaleux qui avaient descendu la bande de Kelly Jones, le leader. Non, les vrais fans, sont assis en tailleur devant les portes du Rex depuis 14 heures, ont la mèche rebelle, le t-shirt de la dernière tournée sur le dos et entament leur deuxième paquet de clopes de la journée, dans l'espoir de pouvoir beugler les couplets de chaque refrain avec la voix de Liam Gallagher en pleine bronchite, soignée à grosses gorgées de fûts de bière.
L'avantage, c'est que le fan a la parole facile, et celui de Stereophonics te refait toute l'histoire comme si c'était la première fois que tu entendais parler du groupe. Il t'explique, dans un anglais que tu peine à comprendre, à cause de son haleine Heineken, et de son foutu accent écossais, ou gallois, que Stereophonics est la meilleure alternative à la brit pop, que Kelly Jones écrit des textes qui tiennent la route et que sa musique a toujours été loin des experimentations pop, trop synthétiques des premiers Blur, Supergrass, et qu'après tout, le cantonner au même rang que Liam n'est pas lui rendre justice, car lui, n'a pas enregistré bourré, son troisième album, comme ce fut le cas pour le Be Here Now des mancuniens. Hum, hum, revanchard le fan ? Peut-être mais pas loin de la vérité si on considère les derniers albums du groupe, passant de morceaux écrits à 10 amplis Marshall, à quelques ballades délicates, qu'on retrouvait principalement sur You gotta go there to come back.

Nous voici donc juchés sur la mezzanine de la salle du grand Rex, pour admirer le numéro qui commence par Hero, groupe italo-britannique qui suit les Stereophonics sur leur tournée. Le quatuor a la main lourde sur les guitares et fait ronronner ses derniers titres, notamment en écoute sur le site myspace de John Mckeown, le chanteur. Hero écume son répertoire et use peut-être un peu trop des clichés empruntés aux hardos des années 80 avec des solos de guitares un peu pompeux et des mimiques quelques peu dépassées depuis les années Scorpions. Dommage, car les interimaires recrutés par Kelly J. ont la hargne et la bonne recette de base nécessaire.
Lorsque les Stereophonics font enfin leur arrivée, c'est un public réunifié, le blouson noir tenant la main au cadre sup à petite chemise, qui exulte d'une seule voix et trépigne des deux mêmes pieds pour accueillir la bande. Kelly salue la foule et embraye sur Bank Holiday Monday. Il demande si la foule est bien "faaaackin ready" et repart sur un autre extrait de Pull The Pin avec My friends, pour finir la première partie du concert avec des souvenirs du premier album, comme Traffic et le survolté More Life In A Tramps Vest. Les cinq membres quittent la scène un bref instant et c'est un grand Rex tout debout qui les reclame. Alors, t'en as eu pour ton argent ? Non ? Ok, alors Kelly revient pour rectifier le tire, seul, armé de sa guitare électrique pour Maybe Tomorrow. Y'a pas à dire mais même jouée au biniou, cette chanson aurait de la gueule. Frissonnement, retour des 4 autres, puis suite des festivités avec Roll Up And Shine, accompagné de clapements de mains. "Thank yaaa" dit Kelly. Pas de quoi, d'autant que le gig s'achève sur Dakota.

Tout ça pour dire que le fan est revanchard mais avait ce soir bien raison.
setlist
    01. Bank Holiday Monday
    02. The Bartender And The Thief
    03. A Thousand Trees
    04. Superman
    05. Vegas Two Times
    06. Devil
    07. Pass The Buck
    08. Pick A Part that's New
    09. It Means Nothing
    10. I Wouldn't Believe Your Radio
    11. Mr. Writer
    12. Just Looking
    13. My Friends
    14. Doorman
    15. Traffic
    16. More Life In A Tramps Vest
    17. Local Boy
    18. Maybe Tomorrow
    19. Roll Up And Shine
    20. Dakota
photos du concert
    Du même artiste