logo SOV

The Ting Tings
The Joy Formidable

Paris, Bataclan - 7 mai 2009

Live-report par Laurie

Bookmark and Share
En parfaite harmonie avec une salle surchauffée (au propre comme au figuré), The Ting Tings ont offert un dernier show français avant de prendre la route des festivals, ravageur et explosif de pop survitaminée.

C'est décidé, ce soir, les blondes prennent le pouvoir. Avant d'accueillir la pétillante Katie White des Ting Tings, le concert débute par une première partie emmenée par un groupe fort prometteur The Joy Formidable. Certes, si son patronyme édulcoré semble vouloir nous emmener vers une pop des plus sucrées, le trio mené par la blonde, Ritzy Bryan tangue plus du côté d'une dark pop, pour ne pas dire noisy. Le groupe, armé de son premier album A Balloon Called Moaning, joue sans relâche, ne laissant pas le temps au public d'applaudir ni de reprendre son souffle entre les morceaux. Ce trio gallois n'a pas de temps à perdre, et joue avec saturation ses titres tels que Cradle, Austere et Whirring (qui sort en single le 25 mai). Alors évidemment on pense à My Bloody Valentine, parfois au Yeah Yeah Yeahs, à Siouxsie Sioux et aussi à Love Is All, parce qu'après tout le son de TJF c'est aussi un peu tout ça.

Commence ensuite une attente de 30 minutes avant l'arrivée du duo mancunien. Effet du week-end de trois jours ou pas, l'ambiance est totalement bon enfant. Le public est bien décidé à s'amuser et réclame déjà le groupe qui se fait attendre sous une chaleur des plus étouffantes...Lorsque les lumières s'éteignent enfin, c'est l'explosion. Oubliés l'attente, le carré fumeur de 3m2, la bière tiède et les 50 degrés de la salle. Jules de Martino débarque sur scène et balance les premiers accords de We Walk. Le public applaudit frénétiquement, puis s'égosille lorsque Katie White, la voix du duo, arrive sur scène. Le rythme est donné. On tape dans ses mains, on chante, on danse, bref, on retourne le Bataclan car le plus fameux des duos anglais est là, bien réel, prêt à faire péter son album pendant une heure. Guitare à la main, Katie gratouille l'intro de Great DJ qui termine d'enflammer la salle, tout balcon debout. La demoiselle, casquette de gavroche sur le tête encourage le public à la suivre dans sa transe infernale. Avant d'entamer Fruit Machine, la chanteuse prend un papier et commence à lire un petit mot d'introduction en franglais des plus sympathiques, probablement griffonné quelques minutes auparavant par un roadie, ponctué d'un fabuleux « mon français est merdique ». Bravo le roadie ! Fruit Machine, donc. Une explosion de sons, de samples, et l'arrivée de 4 nymphettes fluos, armées de cuivres qui viennent apporter leur contribution en fond de scène.

Les Ting Tings donnent l'impression d'être 15 sur scène, tant leur son est riche, pris dans un bouillonnement de pop vitaminée et fantastique qui explose en pleine face du public à chaque accord, comme autant de bulles de savons. Le duo enchaîne sur d'autres titres de l'album tels que Trafic Light qui fait se balancer le public comme dans une grande valse popeuse. L'excellent We Started Nothing joué à rallonge, s'étire à n'en plus finir, et embrasse les Talking Heads dans un clin d'oeil à Psycho Killer (rappelons que les Ting Tings sont très fans du groupe de David Byrne) tandis que le morceau phare Shut Up And Let Me Go reprit par la salle, achève la première partie du gig. Le duo s'éclipse un instant...La foule tape des pieds, applaudit et réclame le retour des Ting Tings. Jules de Martino revient et se place derrière son clavier. Petite interlude 80's, le batteur devient ambianceur et passe des extraits de ses morceaux favoris. Appuyant sur les touches de son clavier-sampleur, quelques extraits de ses morceaux fétiches tels que Walk This Way, Ghostbusters et Je T'aime Moi Non Plus de Gainsbourg font danser la salle. Enfin, Katie rejoint son acolyte pour clôturer le show sur Impacilla Carpisung et That's Not My Name.

Desséché, déshydraté et bord de l'évanouissement, le public commence à se diriger vers la sortie. Pourtant, les lumières restent éteintes...La bonne occasion pour se faufiler dans la fosse, histoire d'assister au rappel, une version acoustique de la chanson Just Be Good To Me « l'une de mes chansons préférées » assure Katie. Rythmée par les applaudissements du public, la reprise du titre de SOS Band est une réussite, très intimiste qui rendra hommage aux qualités vocales de Katie.

Ce soir, la pop, n'avait qu'une seule définition : The Ting Tings.
setlist
    THE JOY FORMIDABLE
    The Greatest Light Is The Greatest Shade
    Cradle
    The Last Drop
    Austere
    Ostrich
    Whirring

    THE TING TINGS
    We Walk
    Great DJ
    Fruit Machine
    Keep Your Head
    Traffic Light
    Be The One
    We Started Nothing
    Shut Up And Let Me Go
    --------
    Impacilla Carpisung
    That's Not My Name
    --------
    Just Be Good To Me
photos du concert
    Du même artiste