logo SOV

Everything Everything

Paris, Flèche d'Or - 16 janvier 2010

Live-report par Fab

Bookmark and Share
Auteurs de trois singles remarqués en l'espace d'une année, puis récemment signés par Geffen en vue de la sortie de leur premier album, Everything Everything se produisaient ce samedi 16 janvier à la Flèche d'Or de Paris dans le cadre de leur première tournée européenne. Si quelques doutes quant à leur potentiel subsistaient encore à l'écoute de leurs premières productions, la prestation fournie durant près de quarante cinq minutes aura bel et bien tenu toutes ses promesses.

Tandis que Koudlam, tête d'affiche de la soirée, seront appelés à clôturer les festivités à une heure avancée, deux formations françaises ont pour mission d'ouvrir la soirée. Premiers sur scène, les trois marseillais de Nasser parviennent rapidement à faire remuer la salle avec leur musique électronique mêlant batterie, beats puissants, boucles samplées et sonorités plus organiques via une basse ou un clavier. Le public ne s'y trompe pas, en dépit de certaines limites vocales et dune cohésion encore perfectible, et leur réserve un accueil chaleureux, notamment durant une reprise survitaminée du My Generation des Who et une réinterprétation d'un titre des locaux de Think Twice.
Le constat s'avère moins positif une demi-heure plus tard pour Kill For Total Peace. Bruitiste et à l'évidence adepte des expérimentation sonore, le groupe démontre durant une interminable heure son incapacité à faire preuve d'une quelconque nuance sur chacune de ses compositions, proposant ainsi une écœurante soupe shoegaze sur laquelle se greffent sonorités sombres et rythmiques hypnotiques. Un set monotone et sans relief, face à un public s'étant réduit au fil des minutes, dont la platitude ne saurait être expliquée par par quelques problèmes techniques mineurs.

A nouveau remplie une demi-heure plus tard, la salle est fin prête à accueillir Everything Everything. Encore inconnus sur le continent, les quatre mancuniens semblent peu attendus et font face dans un premier temps à un silence pesant. Avec Tin (The Manhole), l'ambiance se réchauffe et le groupe choisit de mettre en avant ses principaux atouts, à commencer par des harmonies vocales impeccables en soutien de leur leader Jonathan haut perché dans les aigus et une aptitude à changer de tempo en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Une qualité, certes, mais également un léger handicap à l'heure de conquérir des oreilles en pleine phase de découverte alors que certaines transitions un peu trop brutes demandent encore à être affinées.
Si la première moitié du concert s'avère satisfaisante, notamment avec un Suffragette Suffragette entêtant, le final est d'un niveau tout autre. Les quatre musiciens semblent enfin décomplexés et les titres My Keys, Your Boyfriend et NASA Is On Your Side, constituant leur dernier single en date, trouvent dans les conditions live une profondeur dont manquaient cruellement les enregistrements studio. Le set s'achève ainsi sur Photoshop Handsome puis le très immédiat Weights que l'on imagine aisément devenir l'un des morceaux phare du groupe dans les mois à venir, principalement à la faveur d'un duo de guitares acérées.

Avec des bases solides et une inspiration certaine, gageons qu'Everything Everything sauront mettre les mois à venir à profit pour devenir l'une des révélations de 2010.
setlist
    Tin (The Manhole)
    Even The Dogs
    Suffragette Suffragette
    Qwerty
    Schoolin'
    My Keys, Your Boyfriend
    NASA Is On Your Side
    Photoshop Handsome
    Weights
photos du concert
    Du même artiste