logo SOV

Skunk Anansie

Paris, Nouveau Casino - 8 septembre 2010

Live-report par Amandine

Bookmark and Share
Deux semaines à peine après leur passage à Rock en Seine, Skunk Anansie nous donnaient rendez-vous ce soir au Nouveau Casino pour un concert privé.

Ce groupe, c’est avant tout la très charismatique Deborah Dyer, alias Skin, égérie des trentenaires, hurlant sa rage et son désespoir. A la fin de l’année dernière, Skunk Anansie nous proposaient un Best Of, Smashes And Trashes, introduisant trois nouvelles compositions pouvant laisser présager la sortie prochaine d’un nouvel album (le dernier en date, Post Orgasmic Chill, datant de 1999). Ce soir, les voilà venus dévoiler en live face à une poignée de privilégiés le joyau tant attendu, Wonderlustre, à paraître dans quelques jours. Après neuf ans de séparation, la question est sur toutes les lèvres : aurons-nous droit à une vraie reformation et verrons-nous une réelle envie d'imposer cet album, ou le groupe est-il de retour pour amasser un peu d'argent en nous présentant quelques nouveautés d'un intérêt discutable ?

20h45 : L'ambiance se tamise, la scène s'éclaire et les musiciens font leur apparition. Skin débarque dans une lumière blanche aveuglante, les yeux exorbités; elle est affublée d'une veste à épaulettes pointues et paraît telle une créature sortie d'un roman fantasy. Elle n'a pas pris une ride (et un kilo), c'est la même qu'à l'époque de Hedonism ; elle semble hors du temps. Ils entonnent un premier morceau et l'introduction nous est familière. Il s'agit de Little Baby Swastika, issue du premier album. Commencer un concert de présentation d'un nouvel album par une chanson vieille de quinze ans, voilà de quoi émettre quelques doutes. Néanmoins, l'énergie est toujours aussi présente et le chant de Deborah est saisissant d'émotions. Son visage traduit tour à tour la détresse, la rage, la détermination; tous les sentiments y passent. Sa voix prend toute son ampleur dans un lieu aussi confiné et intimiste que le Nouveau Casino et on ne peut qu'être ému par une telle aura. Elle occupe le lieu, gesticule, saute partout, vient lécher les doigts de son guitariste. Il n'y a pas à dire, elle sait y faire.
Il faut finalement attendre un peu avant d'entendre une nouveauté, My Ugly Boy, premier single issu de Wonderlustre. Le set se déroule sans encombres; le groupe oscille entre titres plus anciens et nouveautés. Les novices sont contentés puisque les tubes tels que I Can Dream, Weak, Twisted et Hedonism seront joués et ce sont finalement ces derniers qui réussissent à emporter un public pourtant acquis à la cause. Lorsque je m'aperçois de ce fait, je ne peux m'empêcher de me demander si le groupe n'est pas coincé dans le passé et s'il saura se sortir de cette image de groupe rock britannique des 90s. Néanmoins, ils sont ce soir remontés à bloc pour nous faire découvrir des compositions punchy, presque punk à certains moments (ce qui n'est pas sans rappeler les très bons L7) et des ballades venant chercher l'auditeur par les tripes. Ils donnent tout, tant humainement que musicalement. Les quatre musiciens semblent heureux de jouer devant un public aussi peu nombreux, Skin précisant que cela fait bien longtemps que ça ne leur était pas arrivé, et c'est finalement convaincue que je ressors de cette petite heure et demie de concert.

Deux jours après avoir assisté à la présentation de Wonderlustre, je constate que seulement cinq titres sur les dix-sept présentés sont tirés de ce dernier album. Serait-ce pour garder une part de surprise pour leur Olympia en février ou Skunk Anansie pensent-ils avoir besoin de rappeler aux spectateurs et aux auditeurs qu'ils sont les interprètes des tubes qu'on leur connait ? Skin a déclaré dans la presse il y a quelques jours qu'ils ne revenaient pas pour se répéter, espérons-le !
setlist
    Little Baby Swastika
    Charlie Big Potato
    Because Of You
    100 Ways
    I Can Dream
    My Ugly Boy
    Weak
    You Saved Me
    Twisted
    Over The Love
    God Loves Only You
    Tear The Place Up
    Skankheads
    ----
    Hedonism
    Squander
    Feeling The Itch
photos du concert
    Du même artiste