logo SOV

Gruff Rhys

Paris, Café de la Danse - 4 mars 2011

Live-report par Amandine

Bookmark and Share
En novembre dernier, Gruff Rhys nous avait livré, dans la salle d'exposition du Point Ephémère, un concert ahurissant, mélange de génie, de folie et d'excentricité. A travers l'humour et l'auto-dérision, il avait une nouvelle fois prouvé le tourbillon artistique qui ne cesse de bouillonner dans son esprit.
Aujourd'hui, c'est pour la promotion de son album Hotel Shampoo, récemment sorti, qu'il est invité au Café de la Danse, lieu représentant pour lui un véritable stade (comme il nous en fera part au cours de la soirée) tant il est habitué aux petites salles.

En guise de mise en bouche, pas de fausse note, on reste au Pays de Galles avec Y Niwl. C'est dans un silence religieux et devant une assemblée plus que clairsemée que les Gallois montent sur scène. Même s'ils viennent du Nord du Pays de Galles, ces quatre-là ont l'esprit bien loin, plutôt vers le soleil californien et ils nous réchauffent avec leur surf rock instrumental qui n'est pas sans rappeler celui de The Ventures (ils reprendront d'ailleurs Wipe Out durant leur set). Y Niwl semblent tout droit sortis de la fin de années 50s ou du début des 60s, à l'époque florissante du surf rock. La présence du clavier confère à la formation un petit air rockabilly permettant de faire monter l'ambiance. Les mélodies sont très simples et les compositions toujours construites de façon similaire autour d'une section rythmique rapide sur des titres courts. On regrette le manque de charisme du groupe car emmené de façon plus entrainante, il aurait assurément permis au public d'être moins passif.

 

SOV

 

Si Y Niwl ne nous avaient pas totalement convaincus en première partie, ils le feront par la suite; ils sont en effet les musiciens de Gruff Rhys ce soir et vont le servir de la meilleure des façons.
Contrairement à son dernier concert parisien où il paraissait un peu négligé, c'est en dandy que le Gallois fait son apparition : finie la tignasse sauvage, la barbe est soignée et il porte élégamment un costume de velours brun. Il n'a néanmoins rien perdu de sa bonne humeur et dès les premières minutes, il sollicite les spectateurs et leur annonce qu'il débutera son set par un titre de son premier album. Comme il le fera pendant toute la soirée, il explique les paroles de toutes ses chansons en « cette drôle de langue qu'est le Gallois »; même si cette dernière est gutturale, on l'oublie peu à peu grâce à la musicalité et au sens de la mélodie de Gruff Rhys.
Si l'on avait assisté à un set débridé il y a quelques mois, ce soir, le concert est cadré, propre, sans pour autant laisser de côté les excentricités du bonhomme qui étoffe ses ballades par des chants d'oiseau et use de divers jouets et instruments au gré des titres. Les musiciens se relaient dans une valse d'instruments pour permettre à chacun des morceaux de prendre son envol.

 

SOV

 

Une fois encore, Gruff Rhys se révèle drôle et sympathique mais aussi concentré et professionnel : il enchaîne chansons douces et d'autres plus rythmées où il hurle tout en gardant un air impassible. C'est au bout de trente minutes que l'on entend enfin un extrait de son Hotel Shampoo (une version acoustique et fragile de Sophie Softly), comme si la promotion n'était pour lui que secondaire, l'important étant de s'amuser sur scène. Comme on pouvait s'en douter, Sensations In The Dark, son nouveau single provoque une vive réaction du public (désormais bien plus nombreux). Finalement, Gruff Rhys a tout de l'entertainer : il parle beaucoup entre les morceaux, les explique, joue l'homme orchestre et fait le spectacle. Il est surtout impressionnant de facilité dans ses modulations vocales et comme il survole sa discographie, on observe à quel point ses compositions sont variées. La jungle musicale accompagnant son dernier titre évoque Super Furry Animals; le rappel comptera d'ailleurs une cover de son ancien groupe, Colonise The Moon et nous aurons finalement le droit à près de deux heures de set.

Sympathique, talentueux, éclectique, drôle et surtout très humble, Gruff Rhys aura fini de démontrer à quel point il est un artiste complet. Entouré de musiciens, il aura une fois de plus prouvé toute la complexité et la beauté de sa musique.
setlist
    Gwn Mi Wn
    Candylion
    The Court Of King Arthur
    In A House With No Mirrors
    Pwdin Wy 1
    Pwdin Wy 2
    Sophie Softly
    If We Were Words (We Would Rhyme)
    Sensations In The Dark
    Vitamin K
    Honey All Over
    Lonesome Words
    Ni Yw Y Byd
    Gyrru Gyrru Gyrru
    Cycle Of Violence
    Shark Ridden Waters
    ----
    Rubble Rubble
    Colonise The Moon (Super Furry Animals cover)
    Gwestai?
    Skylon!
photos du concert
    Du même artiste