logo SOV

The Electric Soft Parade

A Quick One EP

The Electric Soft Parade - A Quick One EP
Chronique Single/EP
Date de sortie : 11.07.2011
Label :A Quick One Records
2
Rédigé par Maxime Delcourt, le 2 août 2011
Bookmark and Share
Certaines annonces font plaisir à entendre. La dernière fois que la parade d’Alex et Thomas White avait uni ses efforts, cela nous avait offert l’une des plus belles surprises de 2007, No Need To Be Downhearted. Le groupe ayant pris son temps, on pouvait s’attendre à un grand nettoyage sonore pour offrir de nouvelles sensations à l’auditeur. C’était mal les connaître : The Electric Soft Parade flottent dans une brume faite d’abstraction.

En pleine farandole, le groupe de Brighton pourrait paraître anachronique : comment des morceaux idéalement mélodiques peuvent-ils surprendre quand ceux-ci, au même titre que ceux de leurs pitoyables collègues Weezer, se fourvoient dans une suite d’accords et d’intonations difficilement imprévisibles ? C’est bien simple, sur quatre compositions, seule la dernière évite une apparence assez pompière et sans remplissage. Et si l’EP semble se clore par un miracle, c’est parce que Orange Crate Art est une sorte de mini-opéra progressif où la folk-song basique, disons le franchement, est un devenue un show atmosphérique. Un moment généreux et intime comme on en trouve peu où The Electric Soft Parade s’offre à nous dans une bouleversante nudité.

Au delà de ce coup d’éclat aux allures de coup d’état, l’auditeur se perd dans l’embarras. Malgré leurs grands flux rythmiques, Lily, Number One et If I Can Dream sont trois titres opalescents et monotones, annonciateurs, sans doute malgré eux, d’une pureté mise à mal par mille parasites opaques. A croire que, malgré sa volonté de sortir de l’ombre, la lumière est bien trop forte pour cette drôle de parade.
tracklisting
    01. Lily
  • 02. Number One
  • 03. If I Can Dream
  • 04. Orange Crate Art
titres conseillés
    Orange Crate Art
notes des lecteurs
Du même artiste