logo SOV

Snow Patrol

Wildness

Snow Patrol - Wildness
Chronique Album
Date de sortie : 25.05.2018
Label : Polydor
3
Rédigé par Solène Caudron, le 2 juillet 2018
Bookmark and Share
Après sept ans d'absence, les mythiques auteurs de Chasing Cars, titre marquant de la scène britannique des années 2000, reprennent du poil de la bête en faisant leur come-back. Snow Patrol nous présentent l'album Wildness, qui n'a hélas de déchainé que son nom, son style n'étant en rien distinctif des disques antérieurs du groupe.

Des notes basses et allongées, de longs étirements de voix ne s'aventurant dans de timides aigus qu'à l'arrivée du refrain ; pas de doute on a bien ici affaire à la pure et dure recette d'un morceau typique de Snow Patrol. On peut le constater dès l'ouverture de l'enregistrement avec Life On Earth lançant la danse d'un album semblant ramer dans la nostalgie.
Il y a là-dedans un manque d'audace certain, mais c'est du moins une formule qui marche : comme à leur habitude Snow Patrol nous entrainent vers une expérience immersive dans une bulle atmosphérique d'amertume nocturne. Si c'est un ressenti récurent que l'on dégage de leurs productions, dans cet album ces ondes mélancoliques passent au cap supérieur, la mélodie sombre faisant corps avec le propos général du texte (et surtout sa source).

En effet, si le groupe a mis tant de temps à sortir de l'ombre, c'est principalement à cause des tendances dépressives dérivant vers l'alcoolisme dont a souffert le chanteur et parolier du groupe, Gary Lightbody. L'excellente patte de ce dernier atteste ainsi d'un mal-être profond, évoquant d'une voix douce et torturée la démence de son père dans Soon ou racontant le mal qu'engendre un amour qui s'essouffle et la peine d'une solitude naissante dans l'entrainant A Youth Written In Fire.
Ces mentionnés problèmes psychologiques sont corrélativement la cause d'un grand manque de créativité dont le chanteur dit avoir été atteint durant cette période. Et d'un autre côté, c'est peut-être là la raison pour laquelle cet album ne suggère aucune prise de risque. Les mélodies s'avèrent souvent plates, notamment avec Life And Death ou Heal Me laissant une grande impression de déjà-vu, transpirant de redondance dans leur structure même.

On retrouve finalement peu d'élans instrumentaux réellement intéressants, mais on peut citer A Dark Switch ou Wild Horses qui s'inscrivent indéniablement dans une démarche de recherche rythmique étonnamment dansante. Un autre titre surprenant est What If This Is All The Love You Ever Get? aux airs de balade romantique que l'on peut croire sans mal inspirée des travaux d'Ed Sheeran que Gary Lightbody, qui ne se cache pas de l'admirer, a eu l'occasion de côtoyer.

Si le groupe a pris son temps pour préparer Wildness, ce n'est pas gage d'une qualité à toute épreuve, l'album peinant parfois à décoller aussi bien objectivement qu'en le comparant à ses prédécesseurs. Néanmoins, sur fond de basses réconfortantes, on se plait à penser que malgré son long blocage, la musique représente un exutoire curatif pour Lightbody ; et de ce nouveau jet de morceaux découle une aura aussi apaisante que touchante que les auditeurs les plus téméraires sauront apprécier à coup sûr.
tracklisting
    01. Life On Earth
  • 02. Don't Give In
  • 03. Heal Me
  • 04. Empress
  • 05. A Dark Switch
  • 06. What If This Is All The Love You Ever Get?
  • 07. A Youth Written in Fire
  • 08. Soon
  • 09. Wild Horses
  • 10. Life And Death
titres conseillés
    A Dark Switch - A Youth Written In Fire - Soon
notes des lecteurs
Du même artiste