logo SOV

Maxïmo Park

Paris, Trabendo - 2 juin 2009

Live-report par Fab

Bookmark and Share
Si le dernier rendez-vous de Maxïmo Park avec le public parisien avait eu pour théâtre un Bataclan à moitié vide il y a deux ans, le retour du groupe, cette fois-ci dans une salle du Trabendo plus adaptée à leur standing, était un choix parfaitement logique et judicieux pour présenter dans les meilleures conditions le récent Quicken The Heart. Une fois encore, la générosité et l'énergie des cinq anglais aura eu raison d'un public conquis d'un bout à l'autre de la soirée.

Lancée sur de bons rails par les pétillants australiens de I Heart Hiroshima, la soirée prend une tournure plus folle et débridée dès lors que les lumières de la salles s'éteignent pour laisser place aux musiciens dans un premier temps puis à un Paul Smith bondissant et euphorique après quelques notes seulement de Graffiti. Très à l'aise dès les premières minutes en dépit de la présence de nombreuses caméras, le groupe enchaîne avec un Wraithlike contagieux prenant toute son ampleur sur scène, à l'image de la quasi-totalité des nouvelles compositions du groupe plus adaptées aux conditions du live qu'à celle d'un studio d'enregistrement.
Durant près de 1h15, les cinq anglais tiennent leur poste sans le moindre raté, menés comme à leur habitude par leur chanteur affublé de son chapeau et toujours prompt à haranguer le public, gesticuler aux quatre coins de la scène et bondir à la moindre occasion d'un caisson faisant office de piédestal. Une omniprésence contrastant avec le sérieux et la retenue affichés par ses quatre compères, notamment le bassiste Archis Tiku en retrait d'un bout à l'autre du set à l'exception d'un subit réveil durant Going Missing, et à peine remise en cause par le très volontaire Lukas Wooller aux claviers.
La setlist présentée par le groupe ne laisse ainsi la place à aucun temps mort, notamment de par la répartition judicieuse des titres extraits de leurs trois albums mais aussi grâce aux anecdotes et touches d'humour distillées régulièrement par Paul Smith. En ne laissant de côté aucuns de leurs classiques les plus appréciés (I Want You To Stay, Going Missing, Kiss You Better, Our Velocity Your Urge, Box From Boxes, The Kids Are Sick Again...) et en leur adjoignant quelques surprises appréciées à l'image d'un Parisian Skies très à propos ou d'un Signal And Sign inattendu, Maxïmo Park touchent leur cible à tous les coups, concluant cette prestation intense et de haut vol par un explosif Apply Some Pressure.

Parfois perçu comme le vilain petit canard du catalogue de Warp Records par les puristes, Maxïmo Park s'est une nouvelle fois appliqué à démontrer sa capacité sans pareille à enflammer une salle et son public avec une facilité déconcertante. Que le post-punk soit désormais passé de mode n'est pas un handicap lorsque le talent, l'explosivité et la sincérité sont réunis avec brio.
setlist
    Graffiti
    Wraithlike
    The Penultimate Clinch
    Now I'm All Over The Shop
    Your Urge
    Roller Disco Dreams
    I Want You To Stay
    In Another World (You Would've Found Yourself By Now)
    Books From Boxes
    Let's Get Clinical
    Going Missing
    Tanned
    Signal And Signs
    Our Velocity
    The Kids Are Sick Again
    Parisian Skies
    Girls Who Play Guitar
    ------
    Kiss You Better
    Questing, Not Coasting
    Apply Some Pressure
photos du concert
    Du même artiste