logo SOV
The Good, The Bad And The Queen - Herculean
Chronique Single/EP
Date de sortie : 30.10.2006
Label :Parlophone
2
Rédigé par Johan, le 25 octobre 2006
Bookmark and Share
The Good, The Bad And The Queen, c'est : Damon Albarn, leader de Blur et Gorillaz, au chant ; Paul Simonon, ex-Clash, à la basse ; Simon Tong de The Verve à la guitare ; Tony Allen à la batterie ; et enfin, le prolifique Danger Mouse à la production. Avec un casting de cette envergure, on ne pouvait s'attendre qu'au meilleur. Et c'est bien là que le bât blesse.

Bien que plaisante, évoquant les accalmies planantes du Think Tank de Blur et l'electro atmosphérique de Gorillaz, Herculean n'est pas vraiment à la hauteur de ce à quoi on aurait voulu qu'elle soit, c'est-à-dire une synthèse parfaite de tout ce talent hétéroclyte réuni ici. Le clavier ambiant et les choeurs faiblards Airiens nous plongent dès les premières secondes dans la chanson pour nous entraîner peu à peu dans un coma profond après quatre minutes de somnolence effrénée. Loin d'être insipide, la chanson pêche par son rythme léthargique et bien trop linéaire, toutefois relevée par la voix, tantôt trafiquée tantôt mise à nue, de Damon Albarn qui se glisse doucement par-dessus la mélodie et nous berce gentiment dans notre mal-être.

On se rassure en se disant que ce premier single ne résume certainement pas l'album à venir. On pressent une oeuvre spontanée, innovante, faite autant de contradictions que d'accords parfaits, où la liberté est la seule contrainte. Bref, une oeuvre comme Albarn et Danger Mouse ont l'habitude de nous proposer, aussi bien ensemble que chacun de leur côté. Herculean n'est qu'un amuse-bouche précédant le met subtil et raffiné, qu'un simple faux pas maîtrisé qui devrait amener à une danse impulsive et passionnée. Du moins, on l'espère ...
notes des lecteurs
Du même artiste