logo SOV

Top de la rédaction 2015

Dossier réalisé par SOV le 4 janvier 2016

Bookmark and Share
Établi en fonction des votes et avis de l'ensemble des personnes impliquées de près ou de loin dans la vie du site, ce classement ne concerne que les albums d'artistes britanniques publiés au cours de l'année 2015 au Royaume-Uni. Les EPs, rééditions, albums live ou compilations n'ont pas été retenus lors de son établissement.

Foals
1. Foals - What Went Down

Les années passent, mais sur la peau des Foals, elles défuntent comme l'eau sur les plumes d'un palmipède. Jadis intronisés espoirs du rock indépendant britannique, les anglais en sont aujourd'hui les plus dignes représentants. Mieux, ils sont dorénavant des symboles, aussi fabuleux qu'increvables. Riche de renouveau, shooté à l'adrénaline et aux pas de danse, What Went Down écrit un peu plus encore la légende d'un groupe sans égal, populaire et exigeant. Sa place de choix dans les tops érigés ici et là n'est que justice.


Blur
2. Blur - The Magic Whip

Seize ans, depuis la sortie de 13, que tous se demandent si Blur décideront un jour de sortir un nouvel album avec Graham Coxon. Il aura donc fallu attendre 2015 pour découvrir The Magic Whip. Condensé de talents et diversité des influences, il y en a pour tous les goûts : ballades nostalgiques ou brûlots dansants, faites votre choix. Les quatre Londoniens n'ont visiblement rien perdu de leur superbe. Le nouvel album de Blur aura sans conteste marqué, pour diverses raisons, l'année musicale qui vient de s'écouler.


Girls Names
3. Girls Names - Arms Around A Vision

Avec leur troisième album, Arms Around A Vision, les nord irlandais de Girls Names confirment tous les espoirs que l'on avait placés en eux. Les sonorités post-punk de The New Life sont toujours présentes mais le groupe a intelligemment élargi sa palette vers des horizons noise et krautrock. Les trois singles tirés de l'album, A Hunger Artist, Réticence et I Was You qui clôt merveilleusement le disque sont trois pures merveilles mais presque tous les morceaux qui composent le disque sont de ce niveau : Chrome Rose à l'introduction majestueuse ou le poignant Exploit Me. De tous les groupes post-punk actuels, Girls names se révèlent comme le plus talentueux et le plus original.


The Maccabees
4. The Maccabees - Marks To Prove It

The Maccabees est un groupe aussi inspiré que persévérant. Alors que leur premier album les plaçait déjà sur le dessus du panier des groupes pop anglais, chacun de leurs disques a ensuite été meilleur que le précédent. Après trois années de travail, Marks To Prove It est le joyau parfait. Terriblement séduisant et profond, c'est l'œuvre d'un groupe qui a transformé ses démons en romantisme. Instruments, voix, et bruits, le son est nourri de tous les éléments et prend une dimension symphonique qui fait de cet album un classique.


Bill Ryder-Jones
5. Bill Ryder-Jones - West Kirby County Primary

West Kirby County Primary était l'un de ces albums du mois de novembre, de ceux dont les accords ont accompagné les dernières lueurs de l'été indien avant la tempête. Bill Ryder-Jones y livre un récit intime, comme une porte ouverte sur un cœur à vif, qui signe également le retour à la guitare électrique de l'ancien membre des Coral. Eternellement partagé entre accents nostalgiques et flegme rieur, l'album joue de contrastes pour atteindre cette douceur toute mélancolique, bercée par une voix grave mais délicate, poignante sans être naïve. Une exaltation du sublime, comme il y en a peu.


Lanterns On The Lake
6. Lanterns On The Lake - Beings

Le secret le mieux gardé de la scène musicale britannique a frappé pour la troisième fois et nous y avons adossé notre troisième coup de cœur. Si les deux premiers disques étaient déjà magiques en tous points, Beings va encore plus loin dans la recherche de textures sonores électriques et athmosphériques portées par cette voix saisissante de Hazel Wilde qui nous fait frissoner à chaque syllabe. Entre ce piano aérien minimaliste, ces écumes post-rock méticuleuse portées par des cordes plethoriques, le labyrinthe émaillé de Lanterns On The Lake n'a pas fini de nous perdre et on ne peut qu'ésperer un succès plus large car tout le monde devrait pouvoir s'émerveiller avec ce groupe.


FFS
7. FFS - FFS

Certes, FFS n'est pas un nouvel album de Franz Ferdinand ; certes, il n'a pas l'immédiateté d'un You Could Have It So Much Better ni même d'un Right Action ; certes, il ne possède pas de hits imparables à l'image de Take Me Out ou encore Ulysses. Mais, c'est sur le temps que FFS révèle tout son potentiel : la collaboration entre Franz Ferdinand et Sparks en fait un objet culte et éclaté, duquel en ressort notamment l'affolante Collaborations Don't Work, chanson de sept minutes drôlement inspirée, clairement une des meilleures de cette année 2015 !


Young Fathers
8. Young Fathers - White Men Are Black Men Too

Vainqueurs inattendus du Mercury Prize 2014 avec Dead, Young Fathers ont à nouveau frappé fort une année plus tard avec White Men Are Black Men Too. Une fois encore, leur hip-hop hybride puisant sa force et son inspiration dans la vie des trois musiciens basés à Glasgow fait des merveilles, passant sans frémir entre ombre et lumière pour mieux nous rappeler la complexité des sentiments auxquels l'âme humaine peut être soumise.


Jamie xx
9. Jamie xx - In Colour

Lorsqu'on évoque The XX, on pense quasi instantanément à Romy Madley Croft et Oliver Sim. Jamie Smith, troisième larron de la formation, restant davantage dans l'ombre. Cependant, c'est bien lui la tête pensante du groupe. Celui qui apporte ces sonorités reconnaissables entre mille à leur musique. In Colour, premier véritable effort solo du jeune anglais, confirme tout le bien qu'on pensait de lui à travers onze compositions allant de l'électro à la pop, en passant par le hip-hop. Accompagné sur certains morceaux par ses deux compères, Jamie XX conforte, avec ce disque, son statut de petit génie musical.


Wolf Alice
10. Wolf Alice - My Love Is Cool

Si depuis la sortie de ses deux premiers singles Fluffy et Bros en 2013, Wolf Alice est sans conteste l'un des tous meilleurs nouveaux groupes de rock britannique, il s'affiche aussi régulièrement comme l'un des plus déroutants. Concerts intenses mais inégaux, répertoire impressionnant mais disparate, énergie folle mais morceaux downbeat… Cette diversité n'est en réalité que le reflet de la complexité et du talent de la formation londonienne, qui trouve ici une production atmosphérique à la mesure de son jeu d'une beauté élégiaque comme d'une rage foudroyante. Un premier album superbe, moderne et fulgurant de maturité, où l'ombre des Yeah Yeah Yeahs n'est jamais très loin.